Portrait de Sophie Madeleine Kanza

0
783

Qui est Mme Sophie Lihau Kanza ?
(Par R. SUMBULA Giwangwa)
Mme Sophie Kanza (2ème g) lors d’une réunion du bureau politique du MPR
Mme Sophie Madeleine Kanza appelée aussi Zala Lusibu N’kanza est née à Kinshasa, le 8 février 1940, des parents originaires de la province du Kongo central. Son père Daniel Kanza est un des premiers hommes politiques congolais. Elle est la sœur cadette de Philippe Kanza et Thomas Kanza, premier universitaire congolais. Sophie Kanza a épousé Marcel Lihau, premier président de la Cour suprême de Justice et président de la Commission constitutionnelle à la Conférence nationale souveraine (CNS).

Elle a fait ses études primaires au collège des pères de la Compagnie de Jésus. Elle a ensuite effectué ses études secondaires au lycée Sacré-Cœur qu’elle a achevées à l’école saint Joseph de Cluny, dans la ville de Brazzaville. Elle est la première congolaise à entrer à l’université. Elle entame en 1959 ses études à l’Université de Genève, en Suisse, où elle obtient en 1964 un diplôme en sociologie, suivi d’un parcours élogieux dans sa vie professionnelle.

De 1964 à 1966, elle est assistante de sociologie à l’Université de Genève. En 1966, elle est première femme congolaise nommée ministre au sein du gouvernement en charge des Affaires sociales et du développement communautaire. De 1969 à 1970, elle est nommée ministre d’Etat chargée du Travail, de la promotion sociale, de l’habitat et de la coordination des Affaires sociales. En 1972, elle renonce à la carrière politique.

De 1973 à 1976, elle obtient une maîtrise et un doctorat (Ph.D.) en sociologie à l’université Harvard. Durant la même période, et jusqu’en 1977, elle est membre du conseil d’administration de l’Institut des Nations unies pour la formation et la recherche (UNITAR). Il y a lieu de signaler qu’en Ensuite, elle obtiendra en 1981 un diplôme de doctorat en sociologie. Elle est ensuite sous-directrice générale adjointe à l’UNESCO (1981 à 1985), chargée de mission auprès du directeur général de l’UNESCO (1985 à 1988). Après un accident de voiture à Paris, elle devient paraplégique et quitte son poste à l’UNESCO.
En 1999, elle meurt à Kinshasa d’un arrêt cardiaque, à l’âge de 59 ans.

Portée au panthéon de l’histoire politique congolaise

Au regard de son parcours élogieux, première femme universitaire, première femme ministre, « feue Sophie Lihau Kanza devait être considérée comme un patrimoine national. Elle appartient à l’Etat congolais et non à sa famille biologique », disait l’abbé Xavier Bogeme, curé de la paroisse Sacré-Cœur, à l’occasion de la célébration du 12ème anniversaire du décès de l’illustre disparue.

Des témoignages renseignent qu’alors ministre des Affaires sociales et du développement communautaire, elle avait reçu mission du gouvernement de construire avec l’argent du trésor public congolais, une cité destinée aux gagne-petit. C’est l’actuelle cité Salongo, située dans la commune de Lemba.

Contrairement à sa vocation primaire, primordiale, celle de n’y abriter que les gagne-petit, les « vautours » se sont emparés de ces maisons, y compris certains de ses collègues ministres. Tenant compte de ses valeurs morales intrinsèques, Mme Sophie Lihau Kanza a refusé de prendre ne fût-ce qu’une seule maison. Bel exemple d’humilité, de probité morale et de bonne gouvernance.

LEAVE A REPLY